SeeWhy a réalisé une étude sur un panel de 60 000 transactions e-commerce effectuées en février 2011. L’entreprise a analysé la provenance des personnes qui ajoutaient des articles dans leur panier plutôt que les sources de trafic sur le nom de domaine.

Cette étude montre que l’e-mail est la technique e-marketing qui apporte le plus de trafic avec 56,8% suivi par le trafic direct avec 17,9% puis le search avec 10,3%. Les médias sociaux apportent seulement 4,3% de trafic … contre 1,7% pour le display.

pourcentage-trafic-shopping-cart

SeeWhy a ensuite étudié la provenance des personnes qui avaient finalisé leurs achats sur le site. Sans surprise si l’on tient compte des données précédentes, le meilleur taux de conversion revient à l’e-mail avec 67,37% suivi du trafic direct avec 23,68%. Le search engine marketing et le display, deux sources de trafic payantes, sont à l’origine de moins 1% du trafic de conversion.

Il semblerait donc que les internautes qui connaissent une marque, qui soient déjà clients ou encore qui appartiennent à sa mailing liste constituent les meilleures sources de trafic pour la conversion quant un e-mail leur est envoyé.
Il en va de même pour les clients qui arrivent directement sur le site en tapant l’URL dans leur navigateur à condition qu’ils arrivent jusqu’au panier d’achat.

Par ailleurs, il est intéressant de remarquer que les techniques e-marketing traditionnelles entraînent un meilleur taux de conversion que les médias sociaux, le dernier outil e-marketing « hype » sur lequel toutes les entreprises se ruent.

Enfin, toujours selon les résultats de cette étude, les techniques e-marketing gratuites enregistreraient un meilleur taux de conversion que celles qui sont payantes.

A Votre Tour Maintenant !

Et vous, que pensez-vous de ces résultats ? Quel est pour votre site la source de trafic qui vous amène le plus fort taux de conversion ?

Source : SeeWhy

11 COMMENTAIRES

  1. Quelques remarques en défense des médias sociaux:

    – Si le trafic provenant des réseaux sociaux est si faible ce n’est pas à cause de l’inutilité des réseaux sociaux sinon de l’ineficacité (ou absence) de la stratégie sur le web 2.0 des entreprises sur les médias sociaux.

    – Le Branding que joue les réseaux sociaux peut être le travail en amont qui mène aux prospects à visiter le site et un jour s’inscrire à la newsletter. Très rare sont les personnes qui tombent sur le site d’une marque inconnue et qui s’inscrit immédiatement.

    Bonne semaine à tous!

    :)

  2. Pour ma part il est clair que les mailings sont très convertisseurs : il suffit de dire ce qu’on veut que l’internaute fasse pour avoir des tonnes de retours intéressants ! :)

  3. Une excellente source d’informations, je retiens 2 points :

    – les campagnes e-mailing ont toujours leur utilité, vu qu’ils offrent le meilleur taux de conversion (dommage que l’étude ne permet pas distinguer le client fidèle du nouveau visiteur)

    – « les techniques e-marketing gratuites enregistreraient un meilleur taux de conversion que celles qui sont payantes » – étrange, rien dans l’article ne permet de tirer cette conclusion

  4. Cette étude confirme que la fidélisation des clients est primordiale comme dans le commerce « traditionnel ».

    Ce qui serait intéressant de connaitre est le parcours de navigations des clients directs. Comment ont-ils initialement connu la marque et le site web (web, bouche-à-oreille, medias sociaux…) ?
    Combien de fois visitent-ils le site avant d’aller jusqu’au panier et commander ?
    Car je pense que même si le taux de conversion des medias sociaux n’est pas encore phénoménal, ils jouent sans doute un rôle intéressant dans l’apprentissage des futurs clients. Ils peuvent aussi être utiles pour demander les fameux e-mails si efficaces.

  5. Sur le même avis de Ling, les réseaux sociaux représente une surface non négligeable mais encore mal exploité par les entreprises. En même temps, vu l’évolution incessante de FB notamment avec le Frame, difficile de bien s’adapter !

    De plus, il n’empêche que le mailing reste la conséquence d’une fidélisation préétablie induit par les réseaux sociaux ou d’autres outils.

    Avant de m’inscrire à votre newsletter, j’ai bien vérifié via Twitter que vos contenus étaient de qualités (même si fondamentalement, je n’ai rien acheté ici :) )

  6. Merci Isabelle pour cet article très intéressant. Je me demandais si l’emailing que vous évoquez dans l’article est « interne » (newsletters uniquement aux membres du site) ou « externe » (campagnes massives sur des bases de données ciblées) ?

  7. la part emailing me parait importante sur le premier camembert, mais ça me choque moins dans la répartition des medium à fort taux de conversion ( si la base est qualifiée…)

  8. Les resultats ne sont pas tres surprenants. Les outils marketing de fidelisation ont toujours eu un meilleur ROI que les outils de recrutement. Quand aux reseaux sociaux, tous les specialistes savent qu’on ne peut pas s’en servir pour vendre directement. Merci pour ces chiffres qui remettent les fondamentaux du marketing web au gout du jour

  9. Merci à tous pour vos contributions :-)
    Certes certaines entreprises en France (pour moi les PME, TPE et certaines marques dont le secteur d’activité utilisent des méthodes e-marketing plus pertinentes pour leurs objectifs (ex:l’e-commerce)) manquent de stratégie sur les médias sociaux. (A titre comparatif, on commence à avoir aux USA des chiffres sur des campagnes social media à 3 ans de recul pour les PME.)

    Mais je pense qu’il faut comprendre que les médias sociaux sont plus recommandés pour certains objectifs que d’autres : par exemple pour le trafic, le branding, le référencement, l’engagement …

    Il est possible d’acquérir des clients et de vendre ses produits et ses services sur les médias sociaux, mais il s’agit d’un objectif seulement réalisable sur le long terme et qui obtiendra nettement moins de résultats satisfaisants que ceux qui pourraient être obtenus par d’autres techniques e-marketing.

    Même si vous optez pour des objectifs raisonnables sur les médias sociaux, les premiers résultats satisfaisants s’obtiennent entre 6 mois et un an.

    Pour ceux d’entre vous qui me connaissent davantage, vous savez que je suis une évangéliste des médias sociaux. Mais cela ne m’empêche pas de conseiller à mes clients de se tourner vers d’autres techniques e-marketing plus efficaces pour des objectifs orientés vente et conversion.

    @referencementMarseille : vous avez le droit d’avoir un avis contraire :)

    @jeremie : l’e-mailing est plus efficace dans un contexte de « permission marketing » donc lorsque le client connaît la marque et qu’il est d’accord pour recevoir des e-mails. Par opposition donc à la location de fichiers :-)

  10. Bonjour Isabelle,

    Merci d’avoir partagé cette étude ! En effet, je pense aussi qu’il aurait été intéressant de compléter ces données avec les sources d’acquisition des primo-accédants et d’acquisition des adresses mails et de faire le distinguo entre e-mailings internes et externes ! En tout cas votre blog est très intéressant et il me semble ne jamais vous en avoir remercier alors c’est l’occasion ! Au plaisir de vous lire,

    Amandine

Laissez un commentaire