70% Des Marques N’Optimisent Pas Leur Page Facebook Ou Leur Compte Twitter Pour Le Référencement

page-facebook-compte-twitter-marques-referencement

C’est ce qui ressort d’une étude menée par BrightEdge auprès de 200 marques globales révélant ainsi que presque la totalité apparaissent dans les SERPs pour le nom de leur site internet alors qu’il en est tout autrement pour leur présence via les médias sociaux puisque les Pages Facebook ou les comptes Twitter de 70% de ces marques ne sont même pas présents dans le top 20 des résultats des moteurs de recherche. Plutôt gênant lorsqu’on sait que les internautes vont rarement au-delà de la 1ère page des résultats.

C’est le cas par exemple de Nike dont la Page Facebook ou le compte Twitter n’apparaissent pas sur la 1ère page des résultats de la recherche de Google. Ou encore pour IBM. A l’opposé, se trouve le bon élève Macy. Comment la chaîne de magasin américaine a t-elle réussi à apparaître dans les SERPs de Google ?

Selon BrightEdge, la catégorisation et la description de la Page Facebook sont des critères de référencement importants. Macy a choisi la catégorie « Retail and Consumer Merchandise » (Vente au détail et produits grand public) qui serait plus « SEO friendly » que la catégorie « local business » (Entreprise locale) de la Page Facebook de Nike.

BrightEdge a également indiqué que 68% des 200 marques étudiées du Fortune 500 n’ont pas leur compte Twitter figurant dans les 20 premiers résultats de Google.

L’entreprise spécialiste du référencement n’a pas toujours trouvé de corrélation entre le nombre d’abonnés ou de fans et le classement des marques dans les SERPs.

S’agissant des industries, il semblerait que les détaillants aient plus de succès dans l’optimisation de leur présence sur les médias sociaux pour les moteurs de recherche puisque 13 sur 23 d’entre eux ont leur compte Twitter qui ressort parmi les 20 premiers résultats. A l’opposé, les entreprises de la finance et de l’ assurance sont celles qui réussissent le moins dans cet exercice : seules 3 des 43 marques étudiées obtiennent un classement de leur Page Facebook parmi les 20 premiers résultats des SERPs.

page-facebook-compte-twitter-marques-referencement

Source : TC & BE

Isabelle Mathieu

A propos de Isabelle Mathieu

Isabelle Mathieu dirige un cabinet de conseil spécialisé dans les audits, les stratégies et les formations en médias sociaux. Elle édite Emarketinglicious.fr depuis 2010 et est régulièrement interviewée à titre d'expert sur des problématiques social media: l'Express, 01Net, 20minutes etc. En 2012, Isabelle Mathieu a été élue dans le Top 10 des influenceurs européens par Salesforce et en 2013, mentionnée comme l'un des experts marketing européens par Hubspot.

3 commentaires

  • L’optimisation des profils et pages des réseaux sociaux n’est pas simple pour les grandes entreprises puisqu’elles doivent être réalisées dans une stratégie globale et souvent internationale. L’article est intéressant et permet de comprendre un peu mieux ce qui peut être réalisé par les entreprises et l’utilité du référencement.

  • Je rejoins Olivier sur l’analyse…
    Il peut y avoir tellement de facteurs au fait que les pages des médias sociaux des grandes marques ne soient pas dans la SERP. En revanche, il est vrai qu’elles devraient axées de plus en plus ceux-ci au centre de leurs campagnes tout comme internet est devenu la pierre angulaire d’une campagne 360°

  • Le problème des grandes marques est que leur stratégie de marketing internet (incluant SEP-SEM et SMM) est gérée par des grosses boites de publicité qui prétendent offrir des services spécialisés dans ces domaines, mais qui carburent encore dans le modèle d’affaires du placement média, ici le placement Web (Google Adwords, Facebook ads, bannières,etc).

    C’est le modèle de la visibilité à gros budget avec commissions inhérentes versus annonces récurrentes. Dans ce marché, le référencement n’est pas le volet le plus payant pour elles.

    Même si ce modèle d’affaires est rentable pour les agences et profitable aux entreprises, il le devient de moins en moins pour les les grandes marque en raison du transfert des consommateurs et des consommatrices (la relève en particulier) dans cette nouvelle ère du web social. J’apprécie l’effort de cet article pour les sensibiliser.

    Comme agence de référencement, il n’est pas facile de s’approcher de ces gros clients, car ceux-ci renvoient la balle à leur agence qui gèrent tout (ou presque). L’idéal, c’est de s’associer avec elles. Mais ce sont les petites et moyennes agences qui sont les plus ouvertes à ce type de partenariat. Ces dernières peuvent s’adapter plus rapidement et efficacement.

    Autre point : la compétition est super élevée sur le nom d’une grande marque. Plus souvent qu’autrement, ce sont les autres pages de leur site qui se positionnent dans les premiers résultats et avec lesquelles on doit compétionner. Néanmoins, avec une stratégie efficace de référencement à moyen terme, on peut y parvenir sans trop de difficultés, pour ne pas écrire aisément. Je relèverais ce défi avec confiance et enthousiasme en tout temps!