Super Bowl 2013 : une Panne de Courant qui a Brillé sur Twitter !

Par 12 février 2013Social Media
superbowl-oreo

Dimanche dernier, la 47ème édition du Super Bowl a une nouvelle fois été un moment de tous les records. Mais cette année, et pour la première fois, c’est Twitter qui a permis le relais de l’une des meilleures créations publicitaires de la soirée, laissant Facebook sur le tapis.

Chaque année, c’est un peu le même rituel : pour le Super Bowl, on parle autant de l’événement sportif que de publicité. De grandes marques se livrent une bataille sans merci à coup de millions de dollars pour 30 secondes d’espace publicitaire. Mais une autre bataille a eu lieu ce dimanche : celle des réseaux sociaux.

Twitter : grand champion de « l’instant T »

La finale du Super Bowl a notamment été marquée par une panne de courant qui a temporairement laissé une partie du public dans la pénombre. Cette panne a été une aubaine énorme pour les annonceurs réellement en phase avec les réseaux sociaux. Mais elle a aussi mis en évidence la relative inefficacité du plus grand d’entre eux : Facebook.

Quelques minutes seulement après la panne, Oreo a choisi Twitter pour réagir :superbowl-oreo

En un message, Oreo a définitivement levé le voile sur l’argument phare de Twitter : l’instantanéité.

Facebook grand perdant

52 spots TV ont été diffusés lors de cette finale du Super Bowl. Twitter a été mentionné dans 26 d’entre eux, soit dans un spot sur deux : c’est deux fois plus que la précédente finale. Facebook quant à lui a été mentionné 4 fois : c’est deux fois moins que lors de la finale 2012 du Super Bowl.

Pourquoi privilégier Twitter et ses 200 millions d’utilisateurs plutôt que Facebook et son audience impressionnante de 1,06 milliard de personnes ? Là encore, il s’agit d’une différence de nature.

Facebook, qui a fêté ses 9 ans lundi dernier, a 3 principaux obstacles qui l’empêchent de concurrencer Twitter dans la bataille du « temps réel » :

  • Privilégier le gros titre plutôt que le direct : ce n’est pas une surprise, l’algorithme de Facebook privilégie le contenu qui fait parler, même relativement ancien, plutôt que le direct.
  • Un réseau public encore « fermé » : malgré plusieurs tentatives d’ouverture (comme l’ajout de la notion d’abonnement à un profil personnel), la plupart des contacts se font en fonction de liens de parenté ou d’intérêts en commun. Ce qui signifie que tout contenu publié par l’ami d’un ami d’un ami ou par un individu à l’autre bout de monde, aussi intéressant et pertinent soit-il, a très peu de chance d’être visible sur votre fil d’actualité.
  • Un manque de concision : un statut sur Facebook peut contenir jusqu’à 63 206 caractères ; difficile d’attirer rapidement et efficacement l’attention avec de longs paragraphes…

A votre tour maintenant !

Twitter est le média du temps réel. Ses 140 caractères imposés ont forgé une nouvelle façon de percevoir l’information. Pensez-vous que Facebook finira par concurrencer Twitter dans la guerre du direct ?

Source : cnbc.com 

Au sujet de l’auteur : Vincent Pastorelli. Je suis community manager au sein d’une wonderful agence de communication. Très présent sur les médias sociaux, je suis au fait de l’actualité liée à mon domaine mais aussi à celle de la communication, de la politique et des médias. J’adore liker, j’adore partager. Parfois du n’importe quoi, mais souvent du pertinent. Retrouvez-moi sur Facebook et Twitter.

Rédacteur invité

A propos de Rédacteur invité

Ce billet est écrit par un rédacteur invité. Vous pouvez consulter plus d'informations à son sujet à la fin de ce billet. Si vous souhaitez devenir rédacteur invité, merci de visiter la page correspondante : Devenez rédacteur.