Itw de Laetitia Puyfaucher : « Les médias sociaux sont dominés par les américains »

Laetitia-puyfaucher

Laetitia Puyfaucher est la fondatrice et présidente du groupe Pelham Media, spécialiste de la communication éditoriale et digitale qui comprend les agences WordAppeal et l’Eclaireur. Elle a été élue Femme en Or 2013 dans la catégorie Entreprise parrainée par Orange et a gentiment accepté de répondre à quelques questions sur Emarketinglicious.fr.

Laetitia-puyfaucher

En quoi consiste exactement l’activité de Pelham Media ?

Nous aidons les marques à concevoir leurs discours, prendre la parole et mener des conversations sur Internet. En amont, nous greffons de la stratégie digitale, nous concevons du design d’interface et nous proposons des services en web marketing et web analytics.

Nous accompagnons une quarantaine d’entreprises par an : GDF SUEZ, Orange, Renault, Lafarge etc. Leurs objectifs sont variés : augmentation de notoriété, développement de l’attachement à la marque, construction d’une communauté etc.

Pourquoi les entreprises doivent-elles être présentes sur le digital en 2014 ?

Les médias sociaux favorisent plus de cohérence et permettent une approche holistique de ce que l’on est, ce que l’on vend, ce que l’on fait. Je ne crois pas qu’il existe une séparation nette entre les vies personnelle et professionnelle. Un individu ne peut pas être sans éthique, carriériste en entreprise et généreux, merveilleux à la maison. Un des avantages des médias sociaux, très modestement, est qu’ils obligent les personnes confrontées à cette situation à réconcilier ces deux aspects.

Ensuite, ne pas être présent sur les médias sociaux c’est prendre des risques car les clients mécontents s’y exprimeront de toute façon. Et l’entreprise devra ouvrir des comptes en toute urgence pour répondre à une crise sur des plateformes dont elle ne maîtrise pas tous les usages.

Troisièmement, il s’agit des médias par définition de la recommandation et de la viralisation. Les gens achètent ce que leur réseau (amis, famille etc.) leur a conseillé, y compris sur Facebook où la recommandation peut être un facteur de vente sur ce canal.

Quels sont les enjeux pour les entreprises françaises sur le digital en 2014 ?

Les médias sociaux sont dominés par les américains. Dans ce contexte de soft power américain, les entreprises françaises doivent oser parfois faire confiance aux champions nationaux et avoir une vision géopolitique plus grande des médias sociaux, en s’intéressant par exemple aux plateformes en Chine, Russie ou Brésil.

Aux Etats-Unis, quand une entreprise comme Facebook n’a pas suffisamment de compétences digitales internes sur une thématique particulière, elle acquiert des agences pour aller plus vite. En France, les processus de décision et d’achat sur le digital n’en finissent plus et les appels d’offres ne sont pas toujours des plus pertinents.

Isabelle Mathieu

A propos de Isabelle Mathieu

Isabelle Mathieu dirige un cabinet de conseil spécialisé dans les audits, les stratégies et les formations en médias sociaux. Elle édite Emarketinglicious.fr depuis 2010 et est régulièrement interviewée à titre d'expert sur des problématiques social media: l'Express, 01Net, 20minutes etc. En 2012, Isabelle Mathieu a été élue dans le Top 10 des influenceurs européens par Salesforce et en 2013, mentionnée comme l'un des experts marketing européens par Hubspot.

4 commentaires

  • Valérie Thuillier dit :

    J’apprécie ce discours. Depuis quelque temps je suis plus de blogs us qui maîtrisent les réseaux sociaux et proposent un contenu que je ne trouve pas en France. J’essaie aussi de m’informer sur les plateformes asiatiques. Merci pour cette interview très intéressante isabelle !

    • isabellemathieu dit :

      Il est vrai qu’il existe de très bons blogs us qui traitent des médias sociaux. Certains vont au-delà de l’actualité pour apporter encore plus de valeur.
      Pour le reste, avec plaisir Valérie. Cette interview fut vraiment un moment agréable en raison de la personnalité de Laetitia :)

  • Les Américains proposent des outils plus aboutis pour le marketing viral. Je pense notamment à Po.st. http://www.po.st/ Sauf que RadiumOne n’en est qu’à ses balbutiements en France pour son développement, que pour l’instant tout est en anglais (j’ai déjà du mal parfois à comprendre les subtilités d’internet en français…) et que même si c’est sympa de se retrouver avec 39 clicks pour 1 share aux USA, on relativise avec les 12 clicks pour 59 shares en France (sachant que la plupart des « share » français viennent de moi)… Pas mieux pour les « link shorteners » où 49% des clicks viennent des States contre 38% pour la France. Sachant que j’ai déjà beaucoup de choses à mettre en place sur le site avant de passer à une version anglaise (et ai-je vraiment un intérêt à attirer un trafic US ?), celle-ci n’est pas près de voir le jour.
    A quand ce genre de solution en France ?…

    • isabellemathieu dit :

      Je rejoins votre avis. Nous manquons de services/produits 100% made in France pour le marketing digital.