”Réseaux sociaux et référencement, corrélation ou coïncidence?”

Par 27 octobre 2014E-marketing
signaux sociaux searchmetrics

Récemment durant une pause café, un ami me posa une question: “Maintenant que Google pousse le SEO à s’orienter clairement vers le content marketing, et que le content marketing base son développement sur les réseaux sociaux, ne penses-tu pas que le SEO et les réseaux sociaux vont un jour fusionner?” C’est en effet une question intéressante car aujourd’hui la frontière entre ces deux domaines tend à se confondre. Les experts des réseaux sociaux et du référencement partagent de plus en plus leurs savoirs et l’une des raisons de ce rapprochement s’appelle Google+.

Google par l’intermédiaire de son réseau social montre que dans un proche avenir signaux sociaux et référencement peuvent devenir étroitement liés. Les experts SEO se doivent de se renseigner sur Google+ à cause de l’intégration de l’authorship et les experts des réseaux sociaux sont forcés de s’intéresser à un réseau social “imposé” pour les utilisateurs de Gmail et de Youtube.

Comprendre vers quoi Google veut tendre est essentiel pour anticiper les mises à jour et continuer à développer son site. Les enjeux du numéro 1 des moteurs de recherche sont nombreux, voici les raisons pourquoi Google doit intégrer les réseaux sociaux dans son algorithme:

  • La confiance dans les résultats (via un système de recommandation des amis).
  • La légitimité des influenceurs/auteurs (via l’autorité d’une personne sur un sujet).
  • Le respect du SEO (vers des pratiques blanches et naturelles).
  • Le paramètre social qualitatif (une valeur ajoutée pour un moteur de recherche).

Je vous propose de nous pencher sur les indices d’une corrélation possible et sur les hypothèses d’association de ces deux principaux leviers du marketing en ligne.

Les indices d’une potentielle corrélation

Dans un soucis de conserver des résultats pertinents, Google se doit de prendre en compte les indicateurs les plus cohérents pour les utilisateurs. Et quoi de mieux que les signaux sociaux pour se rapprocher des utilisateurs? Les backlinks sont actuellement les plus puissants leviers de positionnement, mais ceux-ci sont bien souvent dévalorisés par des pratiques non conformes aux attentes de Google.

L’une des alternatives aux backlinks serait donc de prendre en compte les signaux des réseaux sociaux, et des indices laissent présager de cette tendance.

• Searchmetrics, le commencement

Les chiffres nous confirment un lien entre signaux sociaux et référencement, malheureusement ce rapport ne nous apporte pas plus d’éléments sur la nature du lien de causalité. On peut également ajouter que plus une page se positionne bien plus elle a de signaux sociaux… Ou l’inverse.

signaux sociaux searchmetrics

Ressource: Etude Searchmetrics

• Search Plus Your World, les SERPs personnalisés

Google a développé progressivement des SERPs personnalisés via Search Plus Your World, cela peut être le cas pour deux raisons:

  • Le développement de son réseau social: Google+.
  • La personnalisation des résultats pour des résultats plus pertinents grâce aux recommandations de ses cercles.

Ces indices montrent qu’un lien existe entre les deux domaines et que Google le considère sérieusement en développant des SERPs personnalisés.

Google nie toute corrélation mais…

Les experts SEO le savent bien: les paramètres de l’algorithme sont interdépendants et donc impossibles à isoler pour en déterminer l’impact. C’est pour cela que les déclarations de Google sont suivis de près. Le 22 Janvier 2014, Matt Cutts, responsable de la brigade anti-spam, nie toute corrélation entre réseaux sociaux et SEO.

Matt Cutts déclare que:

  • Google compte les pages des réseaux sociaux comme des pages web classiques.
  • Les signaux sociaux ne sont pas directement pris en compte.

A travers cette vidéo, Google cherche à démotiver les personnes se basant uniquement sur les réseaux sociaux. La ligne de conduite de Google dans sa communication a toujours été de prôner un contenu original et attractif pour l’utilisateur.

!!! Attention !!! Cela ne signifie en aucun cas que les réseaux sociaux ne jouent aucun rôle dans le référencement, les indicateurs sociaux ne sont pas encore considérés mais les réseaux sociaux sont des sites internet à part entière et Google ne peut ignorer ces puissantes plateformes.

Dans le pire des cas, les réseaux sociaux ont un impact indirect sur le référencement.

Les hypothèses de la causalité

S’il existe vraiment un lien de causalité entre réseaux sociaux et positionnement, quel est t-il? Trois hypothèses sont envisageables pour les signaux sociaux.

• H1: “Les signaux sociaux sont la cause d’un bon positionnement.”

Les signaux sociaux ont la même influence que les backlinks. Les utilisateurs définissent ce qu’est un contenu de bonne qualité, Google a tout intérêt à considérer l’influence du contenu sur les réseaux sociaux.
Argument – Search Plus Your World confirme que les réseaux sociaux peuvent avoir une influence sur un ranking personnalisé, alors il est envisageable de considérer un contenu visible sur Google grâce aux signaux sociaux.

• H2: “Les signaux sociaux sont la conséquence d’une page populaire et donc pertinente pour l’utilisateur.

Les signaux sociaux n’ont pas d’influence sur le ranking, ils sont logiquement la conséquence d’un contenu utile qui est donc partagé.
Argument – Les pages qui ont le plus de signaux sociaux sont appréciées et donc obtiennent également des backlinks.

• H3: “Les signaux sociaux sont juste des indicateurs secondaires pour confirmer la pertinence du contenu pour google.

A mon avis, l’hypothèse la plus probable. Les backlinks seraient des indicateurs prioritaires par rapport aux signaux sociaux. Les signaux sociaux auraient un rôle similaire à d’autres paramètres tels que le temps passé sur le site, au taux de rebond…
Argument – La déclaration de Matt Cutts souligne le fait que les réseaux sociaux sont des pages web comme les autres, mais Google est capable de prendre en compte des signaux tels que le trafic référent, le nombre d’apparition et autres.

Naturellement un contenu populaire sur les réseaux sociaux a de fortes chances d’avoir des relais dans les magazines en ligne et blogs. Ce qui indirectement permet à ce contenu de bien se positionner sur le moteur de recherche.

Google cherche à référencer le contenu le plus pertinent pour l’utilisateur. Croiser des paramètres tels que les signaux sociaux et les backlinks permet d’associer un critère qualitatif et quantitatif pour être sur de fournir les meilleurs résultats aux utilisateurs.

On est libre de se poser la question: un contenu viral qui a beaucoup de signaux sociaux est-il pour autant un article utile aux utilisateurs? Je ne pense pas.

Les impacts réels/potentiels des réseaux sociaux

impact reseaux sociaux

L’utilisateur, futur juge du contenu

Comment empêcher les abus et alors tromper l’algorithme? Une des réponses que Google a trouvé est d’intégrer l’individu au sein du contenu. En demandant une identité, la personne se trouve responsable du contenu et du message qu’elle va véhiculer.

L’individu ou l’auteur peut ainsi devenir ainsi une figure d’autorité, un influenceur. Impossible de tricher car vous devez utiliser votre propre identité de marque ou de personne sur les réseaux sociaux. La transparence de la source est prédéterminant pour la confiance en l’information.

Google aime intégrer l’utilisateur dans ses processus afin de développer de nouveaux outils. Et si le contrôle manuel de Google serait fait par nous même utilisateurs en donnant notre approbation par des signaux sociaux. J’appelle cela la théorie du “captcha”. Google utilise ce moyen afin de déterminer si les utilisateurs sont bien réels et dans un second temps pour développer son logiciel de reconnaissance d’écriture manuscrite.

captcha

Exemple de captcha

Le community management et le référencement sont alors des activités bien différentes mais complémentaires pour développer son référencement sur internet.

En conclusion, produire du contenu original et attractif semble inéluctable. Et si l’avenir du célèbre moteur de recherche serait le social? De nombreux réseaux disposent déjà de puissant moteur de recherche et cela semble un moyen apprécié chez les utilisateurs si on prend l’exemple de twitter. La question est de voir comment l’utilisateur réagit face à ces changements imaginés. Selon vous, pensez-vous que Google peut un jour devenir un moteur de recherche social?

Sources

http://searchengineland.com/its-not-he-said-she-said-over-google-rankings-facebook-shares-80601
http://backlinko.com/google-ranking-factors

Au sujet de l’auteur : Nicolas J. Chevalier

nicolas chevalierNicolas J. Chevalier est directeur marketing chez Cuponation France, plateforme de code promo. Vous pouvez le suivre sur Linkedin et Twitter.

Rédacteur invité

A propos de Rédacteur invité

Ce billet est écrit par un rédacteur invité. Vous pouvez consulter plus d'informations à son sujet à la fin de ce billet. Si vous souhaitez devenir rédacteur invité, merci de visiter la page correspondante : Devenez rédacteur.

10 commentaires

  • Stéphane dit :

    On a toujours voulu faire croire que les signaux sociaux avaient un impact sur le SEO. « Faites du community management, ça va vous faire gagner des positions !  » Depuis des mois, aucune étude a prouvé réellement que cela fonctionnait. En revanche, Google+ pourrait aider ?! Évidemment, c’est un outil de Google ! Anyway, les réseaux sociaux sont un moyen comme un autre de générer du trafic, des leads… S’ils ont un impact sur le SEO ? On va dire non. Mais à long terme, ils pourraient devenir un critère important (pas que Google+) car ce sont aussi des pages web comme les autres.

    • Nicolas J. Chevalier dit :

      Bonjour Stéphane,

      Je vois que l’on a des conclusions en commun, j’espère que mon article vous a permis de mettre au clair tout cela.

      Bonne journée,
      Nicolas

  • J-C dit :

    Juste pour info Google a annoncé l’abandon de l’authorship il y a quelques temps déjà….

    Concernant les signaux sociaux ça devrait rester secondaire encore un moment :

    – ça reste facilement manipulable (achat de like, de followers etc…)
    – des pans entiers du web ne s’y prêtent pas vraiment (articles scientifiques, études pointues etc…)
    – les contenus qui attirent le plus de signaux sont loin d’être forcément les plus intéressants (lolcats, articles des sites à la Buzzfeed & co…)

    • Bonjour J-C,

      Je suis tout à fait d’accord avec vous. Les signaux sociaux ne peuvent être considérés de manière isolée, mais de manière complémentaire d’autres indicateurs. Des variables supplémentaires devront être considéré comme la répartition dans le temps, le taux de rebond, et le temps passé sur la page.

      Google a en effet annoncé la fin de l’authorship… Dans les SERPs (le display de l’image de l’auteur et le lien vers l’auteur). Cela ne veut pas dire que l’authorship n’a plus d’impact sur le positionnement.

      En vous souhaitant une bonne journée.
      Nicolas J. Chevalier

      • J-C dit :

        Alors dans ce cas il ne faut pas parler d’Authorship, mais d’Author rank, notion qui reste encore un peu floue, proche de celle d’autorité/notoriété/popularité accolée aux sites web de référence sur un sujet donné, sauf qu’elle est censée s’appliquer des personnes…

  • @hematocrite dit :

    Les réseaux sociaux et les moteurs de recherche procèdent de deux logiques différentes:

    – l’information va vers l’internaute dans les réseaux sociaux;
    – l’internaute cherche l’information et donc va vers un moteur de recherche.

    Comme le dit J-C, Authroship est mort. Gundotra a quitté Google alors qu’il était le chef de Google Plus, Matt Cutts (grand boss du search) a pris 3 mois de congé.

    Le search et le social ne sont plus du tout la priorité de Google comme le laisse entrevoir la nomination de Sundar Pichai à la tête de tous les produits Google (à part quelques exceptions). Sundar Pichai qui rappelons le est celui qui a dirigé Android ces dernières années. Vous verrez, on retrouvera de l’Android dans tous les appareils (machine à laver, cafetière, serrure de vos portes, etc.)

  • A long terme il y a de grandes chances que cela devienne un critère de l’algorithme Google. Pour l’instant les réseaux sociaux sont entre autre une source de trafic à ne pas négliger car être totalement dépendant de Google peut être très dangereux.

    Je suis tout à fait d’accord qu’un article, un produit, etc apprécié par les socionautes et donc partagé, peut augmenter le nombre de backlinks.

    Merci pour cet article très intéressant !

  • Comme d’habitude avec Google on ne saura pas exactement ce qu’ils nous préparent et il faut tester, tester et encore tester pour se faire sa propre opinion sur les impacts de chaque élément, puis changer de nouveau quand les règles sont modifiées (sic)…
    On parlait à un moment aussi de nombre minimum de likes ou tweets pour commencer à être pris en compte sur les SERPS.
    Sinon, malgré le côté marginal en France, est ce que Bing a une approche différente ?

  • marie jouet dit :

    Merci pour cet excellent article. Je suis gênée par cette évolution car cela va encore augmenter la visibilité de sites ayant déjà une visibilité qui parfois n’est pas gagnée par la qualité mais par la recherche d’éléments viraux pour attirer des visiteurs. Étonnamment, je trouve qu’il devient du plus en plus difficile de trouver des réflexions originales et profondes sur le web. Et cette information unique a un goût de pensée unique. J’espère que Google intégrera ce biais dans son algorithme.

  • Bonjour Nicolas,

    Bravo pour l’article, je suis agréablement surpris par sa qualité.

    Je vois que ça fait débat chez les experts SEO et pas que. J’en suis un mais je me suis ouvert aussi à d’autres leviers car google prend de plus en plus compte l’utilisateur, et le social, comme le content marketing, l’expérience utlisateur en fait parti.

    C’est marrant car j’en parlais justement sur le blog de botify hier et j’avais fais une liste de quelques arguments en faveur de l’influence direct et indirect des réseaux sociaux sur le SEO:

    1/ linkbaiting: comme dit dans l’article, le social crée naturellement des backlinks

    2/ Ca favorise l’exploration des pages, une page partagée sur google + est vue immédiatement par google

    3/ Sur les résultats chauds et sur google news, son impact est évident. Pour avoir travaillé sur quelques gros sites d’actualités, je l’ai testé et prouvé.

    4/ Influence sur la recherche personnalisée: les pages de résultats de google sont de plus en plus personnalisés comme le dit l’article

    5/ Impact sur la notoriété de la marque: l’engagement social est bénéfique pour l’image. Et ce dernier est pris en compte par google via le trustrank

    6/ Ca crée de l’usage sur les pages et comme les signaux utilisateurs dont tu parles Nicolas (temps passé, taux de rebond,…) sont pris en compte par google.

    La plupart des impacts sur le SEO sont indirects mais certains sont directs, crawl, google news, …

    Je fais en tout cas parti de ceux qui croient qu’il y a une influence et que ça va continuer dans ce sens.

    Après pour répondre au spam possible sur les réseaux sociaux. Il y a toujours eu des malins qu’i ont cherche a tricher avec l’algo, mais la différence avec le social c’est que l’utilisateur est au centre. A partir de la, google peux pondérer les signaux sociaux en fonction de la qualité de l’utilisateur.